(pas d'image)

Galaade \ Actualité

JANVIER 2011 : Découvrez les premières pages du roman de Daniel Handler, Le Cercle des Huit

Le Cercle des huit
DANIEL HANDLER,
ALIAS LEMONY SNICKET

EN LIBRAIRIE LE 13 JANVIER 2011

« On se sent mieux sans Adam. On se sent toutes mieux sans tous les Adam. On se serait senties mieux sans le premier Adam. Quel besoin ? Deux Ève dans le jardin auraient fait l’affaire. » – Extrait du journal de Flannery Culp

Que s’est-il passé ce soir mémorable d’Halloween ? C’était le plus grand jour de l’année, la plus fabuleuse soirée que nous avions jamais faite. Pourtant, cet Halloween, rien ne m’attirait vers lui, sinon cette splendide migraine pleine de colère, l’incroyable fluidité de la robe de Natasha contre ma peau, enfin le bois brut du maillet de croquet dans mes mains, prêt et docile.

Aujourd’hui, sur le parking des élèves, le corps d’Adam State a été retrouvé dans le coffre d’une voiture volée. Il avait disparu depuis presque une semaine. Adam était la star du lycée, et tous regrettent sa disparition. Cependant, ce qui est le plus inquiétant n’est pas sa mort, mais la manière dont il est mort. Adam State a été tué au cours de ce qui s’apparente à un rituel satanique.

Il ne s’agit pas d’un fait divers. Lisez ce journal, non pour le frisson macabre dont chacun d’entre nous raffole, mais pour la leçon capitale qu’il nous offre. Daniel Handler, alias Lemony Snicket, auteur des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, imagine ici un récit brillant, drôle et exubérant, dont l’audace et l’intelligence repoussent les frontières du roman d’adolescence.

« On pense tout de suite à Huckleberry Finn, de Mark Twain, ou à L’Attrape-cœurs de Salinger et à la voix si particulière de Holden Caulfield, orale, argotique. […] Elle s’appelle Flannery Culp, elle a 18 ans, ou plutôt 20 ans parce que quand le roman commence elle est en prison, et elle vient de finir son manuscrit où elle raconte dans le détail comment son année de Terminale a plutôt mal tournée. [...] Quel plaisir ! Il y a des dialogues complètement cultes, un rythme hallucinant, une tension de plus en plus palpable et jusqu’à la dernière page. » – Augustin Trapenard, Radio NOVA

Liens :

les actualités de galaade

Albena DIMITROVA reçoit le Prix Europe 2017 de l'ADELF… Rhéa GALANAKI et James NOËL au Salon du livre… Vladislav BAJAC au Centre culturel de Serbie le 24 mars 2017…