Pourquoi nous éditons ce livre

Palimpseste, À l’estime : l’histoire d’un homme, d’une époque, d’une Amérique, point to point navigation.

576 pages

ISBN : 978-2-35176-045-1

PRIX : 24.3 €

FORMAT : 14x21,5cm

AUTEUR : Gore Vidal

TRADUCTEUR(S) : Guillaume Villeneuve

DATE DE PARUTION EN VO : 2006

DATE DE PARUTION : 2008

diffusion : harmonia mundi

 
Index
Photos

Accueil \ Oeuvres \ À l’estime. Mémoires

À l’estime. Mémoires

« “À l’estime” : durant la Deuxième Guerre mondiale, j’étais second sur un bateau de ravitaillement de la marine basé dans les Îles Aléoutiennes, où la météo était si mauvaise que nous voyions rarement le soleil, encore moins la lune et les étoiles ; cela nous empêchait, en pratique, de faire le point pour définir notre route. Nous nous en remettions aux cartes dont nous avions mémorisé diverses pointes ou repères remarquables, méthode qualifiée de “navigation à l’estime”, dont les risques étaient évidents (nous n’avions pas de radar). En écrivant ce récit de ma vie et de mon époque après Palimpseste, j’ai eu l’impression d’être à nouveau confronté à ces caps et ces écueils de la Mer de Béring que nous dûmes si souvent contourner avec un compas que le temps rendait inutilisable. » - Gore Vidal


Après Palimpseste, premier volume de ses mémoires, Gore Vidal, conteur hors pairs, reprend son voyage à travers les arènes de la littérature, de la télévision, du cinéma, de la politique et du Gotha international. Et il raconte, avec aisance et panache, les succès et les défaites, les amitiés et les inimitiés nouées, parfois perdues, avec Tennessee Williams, Jack et Jacqueline Kennedy, Orson Welles ou Greta Garbo. Puis il revient sur la maladie et la disparition d’Howard Austen, son compagnon de toujours, en une méditation sur la mort écrite à la façon d’un Montaigne. Depuis Ravello et les collines d’Hollywood, Gore Vidal, dernier Titan de la littérature américaine, relate librement les souvenirs de sa vie avec l’esprit et le cynisme qui font sa marque.

« Les ultimes notes autobiographiques de Gore Vidal ne sont pas loin d’être un chef-d’œuvre. » - Frédéric Vitoux, Le Nouvel Observateur, juillet 2008.

« Drôle, exquis et tragique. Un écrivain qu’il faut absolument redécouvrir. » - Jean Pierrard, Le Point, juin 2008.

« Avec esprit et cynisme, au détour de chaque phrase, Vidal réveille les fantômes d'un monde écroulé. Un témoignage d'une grande portée pour comprendre notre époque. » - Philippe Di Folco, TGV Magazine, juin 2008.

« Ce sont des choses vues et sues, c'est-à-dire un mélange de portraits et de ragots, ces deux activités typiques de l'intelligentsia américaine. Gore Vidal […] les réussit très bien, d'autant qu'il y apporte cette touche de vacherie-sans-y-toucher typique des relations qui occupèrent les écrivains américains des années 60. » - Stéphane Denis, Le Figaro Magazine, 24 mai 2008.

« Vidal, qui ne s'est jamais fait une mince idée de lui-même, saute d'un sujet à l'autre, navigue à vue. Cette liberté donne son prix à cette brassée de souvenirs. » - Éric Neuhoff, Le Figaro Littéraire, 22 mai 2008.

L'auteur

Gore Vidal - Crédit photo : ©D.R.

Né dans une famille de la grande bourgeoisie américaine, Gore Vidal (1925-2012) est aujourd’hui reconnu comme l’une des figures majeures de la littérature américaine contemporaine.

En savoir plus sur Gore Vidal

Revue de presse

les actualités de galaade

Rencontres avec Kristien HEMMERECHTS chez Filigranes (Bruxelles) le 6 mai à 18h… Philippe DI FOLCO à L'Envolée des livres (Châteauroux)… Parution de Softlove : Éric SADIN invité du Monte-en-l'air et de la Maison de la poésie…